Voyages

Buenos Aires l’Authentique – Argentine

7 février 2016

Ahhhh la belle Buenos Aires… Que linda sos !

BA ou Buenos pour les intimes… Je pourrais en faire un roman, tellement j’ai eu le coup de coeur pour cette ville ! Tellement fraîche, surprenante, belle, pleine d’enthousiasme et d’authenticité…

Aller en été à Buenos Aires, c’est génial, mais je pense qu’il est préférable d’y aller peut-être un mois avant. Car la ville est un peu désertée de ses habitants à cette période, bien qu’elle n’en reste pas moins bien vivante ! Le climat est particulièrement agréable ! Il fait chaud mais sa proximité avec l’océan offre une petite brise bien fraîche !

Bien qu’il s’agisse d’une ville d’Amérique latine, Buenos Aires n’est pas du tout bon marché. La vie ici est très chère et il est très difficile de bien manger. Comme aux États Unis, (la malbouffe) les empanadas, les pizza (n’en restant pas moins excellents), sont bien moins chers que les légumes et les fruits. Comptez 50 pesos pour une grande pizza, 14 pesos pour un empanadas en boulangerie, contre plus de 60 pesos pour une mangue. Pour obtenir le change en euro, divisez par 15 ! J’ai acheté aussi une bouteille de vin chez un caviste. Un vin produit en biodynamie, j’en ai eu pour 300 pesos et honnêtement c’était très correct pour la qualité du vin. Une pièce de parilla, spécialité de la ville (bife de lomo) coûte environ 250 pesos au restaurant pour les moins chers. Et les bars sont à peu de choses près au même prix qu’en France… Sachez tout de même que les transports en communs sont subventionnés par l’Etat et que le trajet coûte très peu cher : 3 pesos pour le bus et 4 pesos pour le métro. Il vous faudra pour cela vous munir de la carte « Sube » à 25 pesos, disponible à la vente dans tous les commerces estampillant le panneau « kiosque ». Attention, il n’est pas possible de payer en cash dans les bus. Ca m’est arrivée deux fois et à chaque fois les passagers m’ont payé mon voyage en me demandant surtout de ne pas les rembourser ! Wahouuu c’était ma véritable première expérience avec des locaux, je me suis tout de suite sentie proche d’eux, sentie chez moi. J’y suis restée une semaine et un jour et je pense que si c’était à refaire je ferais pareil voire plus !

Pour le petit apparté sur la situation politique. Avec le nouveau gouvernement en place depuis début décembre, le change n’est plus bloqué. Il n’y a donc plus de « blue market » : ce marché noir de rue qui permettait d’obtenir des devises à 14,80 pesos à peu près pour 1 euro contre 6 à 9 pesos avant pour le même euro. Je vous conseille quand même de retirer à l’aéroport le minimum à la banca de la nacion (là où vous aurez le meilleur taux) et le reste via Azimo. Il s’agit d’un site comme Western Union vers lequel il est possible de se transférer de l’argent et de se rendre 2 jours plus tard dans un de leurs bureaux de Buenos Aires pour le récupérer muni de votre passeport. Ça reste plus intéressant et plus rapide. J’ai eu un change à 14,60 contre 13,90 à la banque. Et sur 1000€ ça commence à faire la différence.. Faites juste attention au bureau dans lequel vous vous rendez pour récupérer votre argent. Évitez ceux de Retiro et Constitucion car ce sont des quartiers qui ne sont pas du tout safe. Je suis allée moi-même à Retiro sans le savoir et le guichetier m’a dit de faire attention à ne pas me faire agresser en sortant ! Tout de suite ça met en confiance !

Quelques conseils sur place. Sachez que Buenos Aires n’est pas la ville la plus sûre… Sous ses airs d’européenne, elle n’en reste pas moins la capitale d’un pays économiquement dans le gouffre… Évitez donc de sortir vos billets ou votre porte monnaie en pleine rue.. Pareil pour votre sac à dos, portez-le devant… Vous attirerez ainsi moins l’attention des voleurs. Si vous y passez quelques jours, pensez à prendre un petit sac à mains. Vous paraîtrez ainsi plus « local » et donc moins comme une cible potentielle pour les voleurs. Car attention, il n’y a pas que des pickpockets ici, et les agressions ne sont pas rares en pleine journée et parfois, à mains armées… Ne vous inquiétez pas mais faites attention. Les habitants d’ailleurs ne cesseront de vous le répéter. De même, évitez de nuit comme de jour les quartiers de : Constitucion, La Boca (sauf la rue de « El Caminito ») et les alentours de la gare de Retiro. Ne rentrez pas seul la nuit et prenez le taxi. Ils ne sont pas très chers et les conducteurs sont vraiment adorables. Ces précautions prises, vous êtes prêts à passer des jours merveilleux « con une populacion muy simpatica ! ».

J’ai été au passage vraiment étonnée et choquée que les guides ne mentionnent pas les endroits craignos de la ville. Ils parlent de la Boca comme un quartier sympa et orientent vers des restaurants hors de la zone du Caminito. Idem pour le quartier de Constitucion. Je me demande parfois si ces guides sont mis vraiment à jour… Beaucoup d’horaires et de prix n’étaient plus du tout d’actualité aussi mais vous me direz que c’est pas si grave en comparaison avec le fait d’envoyer des touristes dans des quartiers coupe-gorges !

Petite leçon de langue avant. Si comme moi, vous avez appris l’espagnol à l’école, sachez qu’ici il diffère quelque peu de ce que l’on vous a enseigné chers amis ! Les principales choses à savoir pour comprendre les autochtones sont :
– la prononciation du « ll » qui en Espagne se prononce « ille » sera « che » du côté argentin
– La conjugaison du verbe être diffère à la seconde personne. Vous ne trouverez pas « eres » mais « sos », ça peut paraître bizarre au départ mais on s’y fait !
– Le pronom personnel « vos » n’existe pas. « vos » et « tu » sont les mêmes comme aux USA.
Bon, et puis, entre nous, les argentins ont un sacré débit de parole ! Wahouuu les mecs je me demande comment ils se comprennent eux-mêmes ! C’est juste incroyable comme ils vont vite ! A vous ensuite de leur expliquer s’ils peuvent répéter plus lentement ! :)

Si vous cherchez un endroit où loger, je vous conseille vivement le quartier de San Telmo. Très touristique, il n’en reste pas moins bon marché. Le dimanche, ne ratez pas la feria de San Telmo le long de la rue Defensa jusqu’à la place Derrego. Antiquités, objets vintages, bijoux, c’est vraiment une mine d’or ! Il y a aussi beaucoup de personnes qui dansent, qui chantent, qui jouent de la musique ou dansent le tango ! C’est fabuleux ! Vous tomberez aussi sur plusieurs vendeurs d’empanadas, de churros ou de jus d’oranges pressées à la sauvette !

Buenos Aires

FERIA DE SAN TELMO

FERIA PLACE DERREDO

FERIA PLACE DERREGO

P1171333

CHURROS DULCE DE LECHE

Vous trouverez beaucoup de bars très cool dans le quartier ainsi que pas mal de bons restaurants. Si vous voulez manger une bonne glace, rendez-vous à Nonna Bianca à l’angle entre la rue Defensa y Estados Unidos. Vous en aurez pour 45 pesos pour 2 belles boules ! C’est pas donné je vous l’accorde mais elle sont vraiment bonnes et vous aurez plein de goûts au choix dont le fameux dulce de leche !!!!

NONNA BIANCA

NONNA BIANCA

GLACE MASCARPONE FRUITS ROUGES ET MOUSSE AU CHOCOLAT - LA NONNA BIANCA

GLACE MASCARPONE FRUITS ROUGES ET MOUSSE AU CHOCOLAT – NONNA BIANCA

Et si vous aimez l’art de rue, vous tomberez fou amoureux de San Telmo. A chaque coin de rue, quelque part, au détour d’un carrefour,  une pépite vous attend. Pour la petite histoire, il est né suite au retour de la démocratie (dans les années 80), en Argentine. Et l’on peut comprendre aisément que, dans un pays si longtemps réprimé par les dictatures militaires, le street art ait été accueilli avec force comme le retour à la liberté par l’art. Il est d’ailleurs en majorité légal pour la plupart des oeuvres. C’est un véritable plaisir de s’y balader !

P1171354

STREET ART – SAN TELMO

P1211495

STREET ART – SAN TELMO

BAR – SAN TELMO

De même, le quartier de Palermo, plus prisé et plus cher et un lieu parfait où loger. Ce quartier est divisé en deux : par Palermo Hollywood et Palermo Soho. Le premier abritant des studios télé, d’où son nom. Palermo Hollywood ressemble beaucoup à une partie de Los Angeles que j’avais visité vers Venice beach. De même, le quartier de Collégiales, qu’il jouxte, fait vraiment penser par l’architecture de ses maisons aux quartiers huppés de LA. Gros gros coup de cœur pour Palermo !! Petites boutiques, librairies, bar à vins, restaurants branchés, street art ! Encore ?? Ouiiii !!! It’s THE PLACE TO BE !! Si vous avez le temps, faites une dégustation de vins argentins à la cave « Lo de Joachim » qui se trouve dans la rue Jorge Luis menant de l’arrêt de métro (dit subte) « Plaza Italia » à la place Serrano, principale place de Palermo Soho. Ne ratez surtout pas leur Dulce de leche à base de lait de chèvre (très rare) c’est une tuerie ! Demandez à Martin de vous le faire goûter et dîtes-lui que vous venez de la part d’Amandine ;)

P1191381

PALERMO

P1221528

COLLEGIALES

DÉGUSTATION DE VINS ARGENTINS – LO DE JOACHIM – PALERMO SOHO

P1211517

DÉGUSTATION DE VINS ARGENTINS – LO DE JOACHIM – PALERMO SOHO

Si vous souhaitez faire un petit tour de street art dans ces quartiers, laissez-vous aller entre Palermo Soho, Hollywood et Collegiales ! Le mieux c’est de tomber dessus par hasard, vous en prendrez plein vos neuneuils ! Vous pouvez aussi faire appel à une asso spécialisée. Je sais qu’il y en a deux, j’avais opté pour graffiti Mundo. Vous pourrez la trouver ici et vous inscrire en ligne directement. C’est un peu cher : 25 dollars pour 3h, mais ça vaut quand même le coup de découvrir des endroits où je n’aurais pas pensé aller sans être conseillée par des locaux. Maintenant que vous savez que le street art c’est dans ces quartiers, je pense que vous pouvez largement y aller par vous même et y passer une journée entière ! J’ai fait le tour nord mais je sais qu’ils font aussi des tours sud et des tours en vélos. Le petit truc en plus quand même en passant par des assos, c’est de connaître l’histoire des œuvres. Pourquoi ? Quels sont leurs messages cachés ? Quels implications politiques ? Ce que j’aime particulièrement dans cet art de rue, hormis  l’engagement des artistes pour une cause, c’est cette volonté de mettre l’art à la portée de tous. L’art ne doit pas se trouver seulement dans des musées, l’art doit être dans la rue, pour tout le monde.

Pour la petite histoire, l’oeuvre ci-dessous par exemple, a été peinte en mémoire de deux jeunes enfants argentins du quartier, tués par balle par la police. Une erreur, deux vies fauchées, une oeuvre en hommage.

P1221533

STREET ART – PALERMO/COLLEGIALES

STREET ART – PALERMO/COLLEGIALES

P1221559

STREET ART – PALERMO/COLLEGIALES

P1221550

STREET ART – PALERMO/COLLEGIALES

Les salons de thé ultra déco, très en vogue en Europe ont également pénétré Buenos Aires dans le quartier de Palermo surtout ! Petits cupcakes, cookies, muffins, alfajores (spécialité locale faite de deux petits biscuits moelleux serrant du dulce de leche le plus fréquemment), grosses tartes ou cheesecakes peuplent les comptoirs ! Vous en trouverez un très sympa rue Jorge Luis, La Panera Rosa ! Mais aussi place Serrano : le Sans !

P1191409

LA PANERA ROSA

P1191407

ALFAJORES – LA PANERA ROSA

P1221563

SANS

P1221560

SANS

Avant de partir pour Buenos Aires, j’avais beaucoup entendu parler du quartier de la Boca. J’avais en tête ces murs aux couleurs vives mais je m’étonnais de n’avoir que très peu d’information et de photos le concernant sur internet. Je pensais à un quartier animé et touristique un peu comme notre « Vieux Lyon ». En réalité, ce quartier est beaucoup plus grand que le seul « Caminito », cette fameuse rue aux immeubles colorés. Toute la Boca n’est pas à l’image de ce Caminito. C’est un quartier à l’écart des autres, marqué par les séquelles de sa pauvreté. Il est très déconseillé de s’en écarter. Tout le monde tient son sac dans les bras, même sur ce chemin. On rentre dans une sorte de Disney Land et on en ressort un peu déçu. Tu viens en bus, tu t’arrêtes à 10 m, tu marches, tu fais 200 m aller/retour, et tu te casses. Si t’es sympa tu t’arrêteras 2 s pour voir un pseudo spectacle de tango, tu achèteras un cheval en plastique qui marche tout seul, tu éviteras de sortir trop ton appareil photo pour ne pas te faire alpaguer par un faux danseur de tango et tu rentreras vite chez toi parce que chez toi c’est mieux. Et cela, surtout quand la rue est parsemée de restaurants attrape-touristes et boutiques de souvenirs à 3 francs 6 sous… Clairement, ça en réduit l’intérêt, oui… N’en attendez pas trop mais allez-y pour y être allé. Trop de touristes, tuent le touriste et avec lui… l’âme du quartier.

P1201417

EL CAMINITO

P1201427

EL CAMINITO

P1201429

EL CAMINITO

P1201422

LA BOCA

Mais Buenos Aires est avant tout Buenos Aires par la fraîcheur de son âme et son authenticité. Il n’est pas rare d’y croiser des couples dansant en pleine rue ou des gens chantant seuls à voix haute en se rendant à leur travail ! J’aime cette légèreté, cette poésie !

J’ai adoré prendre un cours de tango. Cette danse est basée sur le ressenti de son partenaire. Si vous êtes très sensible aux émotions des autres, le tango est fait pour vous ! J’aurais adoré en apprendre davantage ! Si vous souhaitez prendre un cours allez ici : Giselle Videla (Sarmiento 1411 1° dto 2 – 15 4534 0335). C’est en centre ville, tout proche de la station de métro Uruguay. La prof est vraiment adorable et pro. Pour toutes demandes et renseignements, n’hésitez pas à lui envoyer un mail à cette adresse : [email protected] Elle vous donnera aussi des adresses pour acheter de belles chaussures de tango. Elles sont franchement magnifiques. J’ai failli en acheter, mais c’est très très cher, comptez 120 dollars pour une paire !

Ci-dessous un petit instant de bonne humeur capturé rue Defensa lors de la feria :

Enfin, ne faites absolument pas l’impasse sur le musée d’art moderne de San Telmo (le MAMBA) qui présente en ce moment une expo juste incroyable. Il s’agit d’une œuvre d’une artiste argentine des années 50 reconstituant son appartement dans le musée. C’est très surprenant, vous rentrerez dans une sorte de labyrinthe aux multiples salles, une chambre minuscule décorée comme dans les 50’s avec un couple vivant dans le lit, vous pénétrerez un tunnel d’intestins et vous devrez résoudre une énigme en espagnol pour pouvoir en sortir…. Mais ce n’est que les 10% de l’ouvrage ! On peut appeler ça de l’art vivant ! C’est improbable et émotionnellement fort ! On y rentre à l’unité, attention : claustrophobes s’abstenir ! Je ne vous mettrai pas plus de photos, je vous laisserai la surprise ! Ci-dessous, on rentre littéralement dans son frigo ! :)

EXPO - MAMBA

EXPO – MAMBA

 

You Might Also Like

4 Comments

  • Reply Ivan 10 février 2016 at 13 h 44 min

    Un blog magnifique, j’adore etsilaterre, ciao Ivan

    • Reply Amandine 10 février 2016 at 15 h 13 min

      Merci Ivan !! :)

  • Reply veronique Caria 7 octobre 2016 at 6 h 25 min

    Bonjour Amandine,

    Nous aimons beaucoup votre approche et nous vous félictons pour le travail que vous faites. Vos photos sont superbes et restituent vraiment l’atmosphère des lieux que vous traversés. N’ hésitez pas à nous contacter sur : sardaignemodemploi.com si jamais vous voulez des infos de la Sardaigne au cas ou vous en reparleriez dans le futur dans votre blog. Nous y vivons et y travaillons…
    Veronique & jean Paul

    • Reply Amandine 22 janvier 2017 at 17 h 20 min

      Bonjour Véronique, merci pour votre message !
      Pour l’instant je suis en Argentine mais je ne manquerais pas de vous contacter si jamais !
      Très belle journée à vous ! :)

    Leave a Reply